Liane Moriarty - Petits secrets, grands mensonges

Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter – elle se souvient de tout et ne pardonne jamais – et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l’aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets.

Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l’école, les choses s’enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu’au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

 

 

 

 

Mon avis: 

 

Avant tout, merci aux Editions Albin Michel pour leur confiance. Ce roman est arrivé chez moi il y a un peu plus d'un an déjà (que le temps passe vite !), mais il me faisait un peu peur pour deux raisons: 1) le nombre de pages (520) et le résumé que je trouvais un chouïa trop lisse, j'avais peur que le récit soit un peu trop plat, insipide et que l'ennui gagne ma lecture. Eh bien aujourd'hui, je peux vous affirmer que ce fut une énoooorme erreur. Ce roman est tout simplement un coup de cœur que je vous conseille de lire si ce n'est déjà fait. 

 

Sans détours, on est plongés d'emblée dans le décor qu'on visualise à merveille: banlieue chic, mamans sur talons aiguilles et nounous à gogo, des enfants toujours tirés à quatre épingles et l'argent qui coule plus ou moins abondamment. Vous visualisez ? Le jour où les enfants de l'école font connaissance aurait dû être un jour de joie, mais voilà, une petite fille se fait agresser par un autre enfant, désigné par ladite fillette. S'ensuit des querelles infantiles, des pétitions, des disputes, le tout avec pour toile de fond, l'école. 

 

L'auteure concentre son histoire autour de trois héroïnes: Madeline, Jane et Céleste. Jane rencontre Madeline à la suite d'un incident, Madeline l'invite alors dans son petit groupe constitué d'elle et de Céleste. Chacune possède son caractère, mais surtout, ses secrets. Je n'en dévoilerai pas, je dirais seulement que l'auteure a parfaitement su mener sa barque pour nous en révéler un peu au fur et à mesure, sans attendre la toute fin, mais assez tôt dans le texte pour que l'on perçoive les personnages différemment. Nos trois héroïnes sont différentes mais toutes attachantes. Pas une ne s'est démarquée, je me suis prise d'affection pour chacune d'elle pour un détail, une qualité. On admire Madeline qui fonce dans le tas, qui n'a pas sa langue dans sa poche, on s'interroge sur Céleste qui est très réservée, on se demande pourquoi Jane est venu s'installer dans cette partie du pays et quels secrets elle transporte dans ses valises. Une amitié qui voit le jour de façon inattendue et dont aucune n'imagine qu'elle sera mise à l'épreuve six mois plus tard...

 

Petits secrets, grands mensonges s'ouvre sur l'ouverture d'une enquête pour meurtre. Qui ? Comment ? Pour obtenir toutes les réponses aux multiples questions qui surgissent au fil des pages, l'auteure utilise le flash-back, et nous incite à poursuivre notre lecture qui se fait très agréablement. 

 

Liane Moriarty a écrit son histoire en distillant un certain suspense puisque comme je le dis précédemment, nous ouvrons le roman sur le début d'une enquête, puis nous remontons le temps six mois auparavant, jusqu'à arriver à cet évènement fatidique dont on sait qu'il a lieu pendant une fête d'école. Et en plus, Liane Moriarty a ajouté, un peu comme un cheveu sur la soupe, des confessions - ou des aveux - de parents, des phrases qui sonnent comme des aveux faits à la police mais dont on réalise à la fin qu'ils sont destinés à une autre personne. On le comprend un peu quand on voit les déclarations de la police, cela amène pas mal de question. Quoi qu'il en soit, pour nous torturer davantage, je peux ajouter que Liane Moriarty, dans ces confessions, ne fait intervenir aucune des trois protagonistes, ainsi que leurs maris. Aussi, on ne se doute pas de l'identité du mort, on suppose juste qu'il fait partie du groupe. 

 

Plus de 500 pages pour évoquer des sujets durs comme le harcèlement scolaire, la violence conjugale, les sectes, les difficultés à lier nouvelle famille et ex, ... L'auteure n'épargne personne et ne tombe pas dans le cliché. Au fil des pages, on se rend compte que les apparences sont parfois trompeuses et que les faits peuvent souvent être déformés pour s'adapter au mieux qui convient pour celui qui écoute. 

 

La plume de Liane Moriarty allie le drame et le comique, le tout avec une habilité incroyable. On peut sourire malgré la situation dramatique. On dévore ce pavé, on veut connaître le dénouement ! Un dénouement à la hauteur du roman, Liane Moriarty a su me surprendre positivement, j'ai adoré cette fin que je n'attendais pas. 

 

Penser à la série Desperate Housewives est inévitable puisqu'on y retrouve les mêmes ingrédients: banlieue chic, école aux principes rigides, amitiés, drames, complots, ... Si bien que si on a aimé la série, ce roman ne peut que séduire. 

 

Liane Moriarty a dépeint les portraits de femmes prêtent à tout pour protéger leurs enfants, mais en voulant les protéger, leurs carapaces se fendillent et les mettent à nu, plus humaines. Finalement, avec ces histoires de cour d'école, elle met en évidence le fait que l'instinct prend le dessus au bout d'un moment qu'on tente de maîtriser jusqu'au bout pour sauver les apparences, cacher les bleus ou être aimé. 

 

Un page-turner efficace qui se savoure dans l'urgence car on veut connaître l'identité du mort et surtout, à la lecture des petits évènements qui jalonnent le roman et amènent une réelle tension, on veut savoir ce qu'il s'est passé. 

 

Note: 19/20

Coup de cœur ! 

Écrire commentaire

Commentaires : 0