Tiffany Jaquet - L'Enfant du placard

C’est l’automne et Claire trouve dans les affaires que sa mère lui a léguées une lettre faisant mystérieusement mention de deux personnes qu’elle n’a jamais connues : Tatiana et Enzo.

Intriguée, elle décide de mener l’enquête pour découvrir qui ils sont. Petit à petit, le mystère envahit son quotidien d’habitude si bien rangé et elle part sur les traces de ces deux inconnus, accompagnée d’un archiviste récemment rencontré. Le voyage qu’elle entreprendra la mènera sur les traces d’un passé inconnu qui la forcera à se redécouvrir.

De l’Italie à la Suisse, des années 1960 aux années 2000, ce roman entre en résonance avec la réalité de tant de personnes aujourd’hui: le déracinement, la recherche d’un lieu de paix et de travail, l’identité de celles et ceux qui se construisent entre deux lieux, les conflits mais aussi les rapprochements entre des êtres humains qui doivent apprendre, et réapprendre, à vivre ensemble.

 

Mon avis: 

 

Avant tout, merci aux Editions Plaisir de Lire pour ce roman qui marque l'entrée, dans le monde de la littérature, d'une jolie plume. L'Enfant du placard fut une excellente lecture, un roman qui dose habilement le suspense, l'Histoire, l'amour. 

 

Le résumé est complet, je ne pense pas utile de revenir dessus. Parlons plutôt du roman, de sa trame, de ses personnages, de la plume. 

 

Avec ce premier roman, Tiffany Jaquet signe une jolie histoire une histoire qui oscille entre l'Italie et la Suisse, entre notre époque actuelle et la fin de années 1960. Les romans qui alternent entre deux époques, j'adore ! J'adore à condition que cela soit bien fait et surtout, qu'il y ait un intérêt, il ne suffit pas de revenir en arrière pour parler de cuisine. Dans son roman, Tiffany Jaquet remonte le temps pour nous raconter un pan historique de la Suisse: l'arrivée d'Italiens pour le travail. Ces dernier arrivaient en Suisse au printemps et repartaient en automne, quelques mois de présence sur le territoire helvétique pour le travail. C'est en compagnie de Tatiana et Enzo que l'auteure nous parle de cette époque, une époque qui débute de façon idyllique et qui s'assombrit au fil des années, quand la Suisse durcit ses mesures. En parallèle, nous évoluons aux côtés de Claire, une jeune femme qui vient de perdre sa mère et qui découvre une lettre mystérieuse. En compagnie d'un ami, elle décide de se lancer à la recherche de Tatiana et Enzo. 

 

L'aspect historique est donc très intéressant car peut-être ignoré du lecteur. C'est donc un bel apprentissage en plus d'un bon moment de lecture ! Personnellement, je ne connaissais pas du tout ce pan historique. J'ai trouvé que l'auteure était parvenue à parler de tout sans étouffer son lecteur, elle évoque les contrats saisonniers des italiens, les lois interdisant aux enfants italiens de venir en Suisse avec leurs parents, les enfants cachés par leurs parents, etc. J'ai aimé que cet aspect ne prenne pas le dessus sur l’histoire en général. Avec une plume fluide et simple, Tiffany Jaquet déroule son histoire et nous rend accro car nous souhaitons avidement découvrir la vérité. 

 

L'Enfant du placard, c'est une recherche, mais c'est aussi un roman qui traite de thèmes universels tels que le déracinement volontaire ou pas, quitter son pays pour gagner sa vie, les choix difficiles à faire, les sacrifices que l'on consent pour le bien de sa famille, la confiance que l'on doit accorder, le pardon aussi, la quête de ses origines ou encore, la puissance des liens familiaux. Il interroge aussi sur les non-dits, ces secrets de famille qu'on enferme et qui décident de surgir presque quand il est trop tard. En mettant en avant des thèmes aussi forts, l'auteure donne à son roman un aspect très contemporain, très classique, s'adressant à tous, quelque soit le genre littéraire de prédilection. 

 

En douceur, l'auteure nous livre son histoire, une histoire dont j'ai deviné la fin plusieurs pages avant. Et alors ?! J'ai apprécié ma lecture du début à la fin, Tiffany Jaquet a parfaitement maîtrisé le suspense pour faire évoluer l’histoire de Claire progressivement. Pas de précipitation, un premier roman prometteur qui mérite d'être découvert. 

 

L'auteure a dépeint des personnages très attachants, on comprend aisément Tatiana et Enzo, mais aussi Claire et sa mère. L'Enfant du placard est un roman à la fois violent (par le thème de l'immigration et des conditions), tendre (les décisions prises par chacun), un page-turner qu'on ne parvient pas à lâcher dès lors qu'on le commence. Et puis, j'ai aimé l'idée de nous révéler, au travers de Claire, ce qu'étaient devenus Tatiana et Enzo. 

 

Note: 18/20

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Tjaquet (mercredi, 27 septembre 2017 08:02)

    Merci beaucoup pour cette chronique bienveillante et ce retour de lecture qui me va droit au coeur ! Salutations, T. Jaquet

  • #2

    Les Mots de Gwen (mercredi, 27 septembre 2017 10:43)

    Oh mais de rien :-) Merci à vous pour ce beau moment de lecture!
    Et merci pour votre visite par ici ;-)
    Bien à vous