Philippe Vilain - La femme infidèle

«Je n'oublierai jamais le jour où j'ai appris que ma femme me trompait.»

Un SMS lu par hasard. Le héros découvre que sa femme a un amant. Et que se passe-t-il ? Rien. Il ne fait aucune observation, ne modifie pas son comportement. Il observe sa femme, sa femme infidèle. L'a-t-elle toujours été ? Est-elle bien celle qu'il croyait connaître ? Le choix du silence sauvera-t-il leur couple ? Qu'en est-il de la mystérieuse Morgan Lorenz ?

Le portrait d'un homme trompé, le portrait d'une femme dissimulatrice, le portrait d'un couple éternel.

 

Mon avis:

 

Tout commence par l’ennui… Notre héros s’ennuie, il voit le téléphone portable que sa femme, sortie faire des courses, a laissé sur l’étagère. Sans chercher à fouiller, il le prend et tombe sur une série de sms échangés avec F. Un monde entier s’écroule. Il va chercher qui est F. Il va tendre des pièges à sa femme, il va continuer à vivre sachant qu’elle pense à un autre. C’est lorsqu’ils décident de partir en vacances - sorte de pèlerinage - que le voile tombe et que le secret est révélé. Face à cet aveu, Pierre Grimaldi - notre héros - va devoir prendre une décision.

 

Philippe Vilain nous offre là une véritable introspection, une réflexion sur la vie, la nature et les choix d’un homme cocu. Il est souvent dit que certains auteurs s’inspirent de leur propre vie, de leurs expériences personnelles pour écrire des romans. J’espère que ce n’est pas le cas pour notre auteur, ceci dit, on y croirait presque ! Il a su trouver les mots justes pour mettre par écrit les pensées et les réflexions du héros, un héros en proie au doute, à l’incertitude de la situation et ignorant au début, pourquoi elle a fait ça : "(…) mais à peine m’étais-je avisé de ces preuves que je me remettais à douter de ma femme, qui, en trahissant ma confiance, en ne s’obligeant plus à aucun devoir de loyauté envers moi, ne me témoignait plus de la forme d’amour que nous avions décidé ensemble ; sans m’apporter de réponse, ces délibérations continuelles me donnaient au moins le sentiment de cheminer vers une vérité de l’amour : que, sans doute, l’on aime jamais que de façon contradictoire, si l’on peut tromper sans aimer comme aimer en trompant, s’abstenir de tromper sans pour autant aimer, ne pas aimer la personne avec laquelle on trompe pour mieux aimer celle que l’on trompe, si la fidélité n’est pas plus la preuve de l’amour que l’infidélité n’est la preuve d’un désamour ; et, alors, seulement, j’en concluais que tromper ne signifiait rien."

 

L’une des qualités premières de ce roman, c’est l’écriture. Je ne connaissais pas Philippe Vilain et je dois avouer que son style m’a vraiment séduite. A la fois simple et travaillé. Un mélange subtile qui le classe dans la catégorie "auteur accessible" tout un ayant un niveau littéraire au-dessus de beaucoup. Des phrases parfois longues, mais parfaitement ponctuées, des mots précis, pas de répétitions, pas de longueurs, des réflexions profondes et sincères, … Un style fluide, agréable, accrocheur. Accrocheur surtout parce que le thème abordé est universel. Tout le monde est concerné par l’amour, si bien que l’on est touchés par l’histoire de Pierre, trahi par celle qu’il aime.

 

L’autre qualité, c’est bien sûr l’histoire. Comme je le disais précédemment, nous sommes touchés par cet homme qui voit son monde s’écrouler et qui, contre toute attente, ne dit rien. Dans cette situation, on ne sait pas comment réagir ; lui, il va attendre : "Si je taisais cela, c’est aussi que les paroles ont pour moi plus de réalité que les actes, une cruauté supérieure, et que, ainsi tue, son infidélité me demeurerait irréelle." Alors bien évidemment, on se demande quand ce secret va éclater au grand jour. Philippe Vilain n’aurait sûrement pas eu matière à écrire si notre héros avait parlé. Au lieu de ça, il réfléchit beaucoup, agit peu et observe sa femme tout en connaissant son secret. Il l’observe et s’amuse parfois de cette situation, jusqu’à ce que la vérité le rattrape.

 

Avec La femme infidèle, Philippe Vilain sonde l’esprit de l’homme trompé et nous permet de découvrir un roman que je qualifie sans problème de petit bijou : une histoire émouvante admirablement bien écrite !

 

Un grand merci aux Editions Grasset pour m’avoir offert mon premier coup de cœur de l’année 2013 ! Un grand merci aussi à Monsieur Philippe Vilain pour la dédicace :-)

 

Note: 19/20

Coup de cœur !

Écrire commentaire

Commentaires: 0