Pauline, quittée par son mari Ben, se retrouve obligée de vivre chez ses parents avec son fils de quatre ans. D'abord abattue, elle décide de ranimer ce qui avait fait tenir sa relation avec Ben jusque là.

En lui envoyant, chaque jour, le souvenir d'une histoire liée à leur rencontre, elle tente de rappeler à Ben, qui l'a peut-être oublié, qu'ils se sont aimés.

 

Mon avis: 

 

J'ai découvert Virginie Grimaldi au travers du roman Tu comprendras quand tu seras plus grande, et je confirme ce qui s'est révélé une évidence à ce moment-là: elle est assurément une auteure qui fait que l'on ressort différent de nos lectures. Elle parvient à nous emmener loin dans nos émotions, si loin qu'il est difficile de ressortir indemne. Je pourrais aller jusqu'à dire que Virginie Grimaldi nous pousse à nous poser des questions. 

 

Dans ce roman, nous faisons la connaissance de Pauline, jeune maman tout juste séparée de son mari. Avec son fils, elle a trouvé refuge chez ses parents. Une situation temporaire, pense-t-elle, puisque Ben va revenir. Une situation temporaire dans laquelle elle trouve un certain réconfort. Afin de redonner à Ben le goût de leur amour, elle décide de lui écrire des souvenirs de leur passé commun. Ravivez l'histoire, car il arrive que le souvenir s'altère avec le temps, l'écrire est donc une façon de lui redonner sa juste valeur. Tout en couchant sur papier les bribes de sa vie, Pauline doit remonter la pente. Elle part donc en vacances avec sa famille et redécouvre alors ce que sont les plaisirs simples de la vie. 

 

Vous expliquer ce que j'ai le plus aimé dans ce roman est impossible puisqu'il s'agit d'un tout. J'ai aimé la proximité, la justesse, la douceur, la douleur aussi, l'histoire somme toute simple mais sincère. 

 

"J'ai le chagrin égoïste. Je ne partage mon humeur que quand elle est bonne. Je n'aime pas gêner, et le malheur, ça gène."

 

Pendant ma lecture, j'ai parfois eu le sentiment de lire ma propre vie sur quelques détails: Pauline a une Nonna, mon fils en a une, par exemple. Et tout comme notre héroïne, je connais Titanic par cœur et je verse une larme quand Rose monte dans le canot. Sur les réactions de Pauline, ses pensées, j'avais l'impression de me voir et il n'était pas rare que je me dise que j'aurais pu réagir ainsi. 

 

Virginie Grimaldi sait poser les mots justes sur les situations et sur les émotions. Elle ne tombe pas dans le pathos - Oh mon Dieu ! mon mari m'a quittée, ma vie de vaut plus rien -, non, elle dote son héroïne d'un véritable caractère, elle s'autorise à être au fond du gouffre sans pour autant être égoïste. 

 

"(...) main dans la main, les deux hommes de ma vie partent se fabriquer des souvenirs sans moi."

 

Mais selon moi, ce qui fait de Virginie Grimaldi une auteure à part, c'est qu'elle a réussi ce que peu d'auteurs réussissent à faire: me faire pleurer. Un évènement a marqué la vie de Ben et Pauline, un évènement qui a engendré de grosses larmes sur mon oreiller. L'auteure a réellement su me surprendre, pour mon plus grand bonheur malgré la situation évoquée. Et elle a su me faire rire aussi ! Elle possède une belle plume qui s'agrémente d'un bel humour qui fait plaisir à lire. Une plume touchante qui nous fait passer du rire aux larmes sans regrets. 

 

C'est ainsi que se termine ma chronique. Une historie qui prend aux tripes et que je vous conseille vivement si vous voulez vous assurer un beau moment de lecture. Merci à toi Virginie pour ce roman dont on sent le côté intimiste au fil des mots, un côté peut-être difficile à mettre en scène mais qui rend tellement crédible les personnages et l'histoire. 

 

Note: 20/20

Coup de cœur !

Écrire commentaire

Commentaires: 0