John Grogan - Marley et moi

Si le chien est le meilleur ami de l'homme, il peut parfois être le pire. C'est ce que vont découvrir John et Jenny Grogan, quand ils décident d'acheter un labrador peu de temps après leur mariage, afin de tester leurs capacités parentales.

D'adorable petite boule de poils, Marley se transforme en un mastodonte de quarante-cinq kilos, qui détruit tout sur son passage, dévore quantité de nourriture et d'objets en tout genre, et témoigne d'un attachement aussi débordant qu'envahissant envers ses maîtres.

 

Mon avis: 

 

Pour commencer, je dois avouer que je ne sais plus du tout si j'ai lu ou pas ce roman... Je sais que j'ai vu le film lors de sa sortie, mais le roman... je ne sais plus ! Du coup, je profite du challenge mystère (dont le thème du mois est: l'animal est le héros de l'histoire) pour le (re)découvrir. 

 

Le résumé se suffit à lui-même, je ne pense pas qu'il faille revenir sur l'histoire car elle mérite d'être lue. Je garde un bon souvenir du film (et je pense le revoir) qui, de mémoire, est assez proche de sa version papier. 

 

Je n’émets aucun préjugés, mais je pense que pour lire ce livre, il faut aimer les animaux. Les chiens, car il est question de cela ici, mais tous les animaux peuvent être pris en compte. Tout simplement parce qu'il n'y a que ceux qui aiment les animaux qui peuvent être agacés par une bêtise tout en ayant envie de sourire devant son animal qui feint l'air penaud ! Car si on n'aime pas les boules de poils, on est agacés et puis c'est tout. 

 

Ce roman aborde non seulement l'amour qui se crée entre l’animal et ses maîtres, mais parle aussi de l'éducation, des bêtises, ... C'est vraiment la relation de l'homme à l'animal qui est mise en avant, pas seulement les cotés positifs. Mais surtout, ce roman traite de l'amour inconditionnel que l'un voue à l'autre. Le chien (et je parle de Marley puisqu'il est question de lui) - et cet aspect est particulièrement bien mis en avant ici - est présent, que l'on soit heureux ou triste, malade ou en forme. Parler à son animal peut choquer quelques personnages, mais sans honte aucune, John raconte son quotidien avec Marley, les souffrances comme les joies. Ce roman évoque aussi la place de l'animal au sein de la famille. Ici, Marley était là avant que John et Jenny ne fondent leur famille, mais Marley fut un commencement, il fut ce lien entre eux deux. 

 

On sourit bêtement face aux bêtises de Marley qui était un chien très joueur, on s'attache beaucoup à lui, on ne peut donc pas s’empêcher d'être triste à la fin du roman, fin de l'histoire entre Marley et John. Un très belle histoire ceci dit. En écrivant son roman, John Grogan a fait plus que raconter sa vie avec son chien, il a écrit un bel hommage à cette groooosse boule de poils qui lui a apporté de grandes joies mais aussi de grandes peines. 

 

Note: 17/20

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Twogirlsandbooks (mercredi, 31 mai 2017 11:15)

    Je n'ai pas vu le film pourtant il me tente bien mais j'ai le livre dans ma PAL depuis un moment donc il faudrait que je le lise :)

  • #2

    Les Mots de Gwen (vendredi, 02 juin 2017 18:39)

    Le livre puis le film, c'est dans ce sens !!
    Bonne lecture!!

  • #3

    Froggy80 (mercredi, 23 août 2017 20:31)

    Tellement triste cette histoire... Je n'ai pas lu le roman (qui doit être 100x plus émouvant que le film), mais j'ai vu le film il y a quelques années grâce à mes collègues de la clinique et je dois avouer avoir pleuré énormément tellement il est touchant!!!!

  • #4

    Les Mots de Gwen (jeudi, 31 août 2017 15:06)

    En fait, je ne sais pas lequel est le plus émouvant... Avec le roman, tu visualises, tu es donc touchée d'une façon, tout comme avec le film lorsque tu vois les acteurs (adultes et enfants) pleurer la perte de leur chien. L'un dans l'autre, ils sont bons car le livre est bien respecté et les acteurs sont bons.
    Si tu as l'occasion, tu peux toutefois lire le livre :-)