Arnaldur Indridason - L'homme du lac

A la suite des tremblements de terre d'Islande en juin 2000, le lac de Kleifarvatn se vide peu à peu. Une géologue chargée de mesurer le niveau de l'eau découvre sur le fond asséché un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Erlendur et son équipe se voient chargés de l'enquête.

Il dormait au fond d'un lac depuis soixante ans. Il aura fallu un tremblement de terre pour que l'eau se retire et dévoile son squelette, lesté par un émetteur radio recouvert d'inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés.

Qui est donc l'homme du lac ?

L'enquête révèlera au commissaire Erlendur le destin tragique d'étudiants islandais confrontés aux rouages implacables de la Stasi.

 

Mon avis:

 

Indridason est clairement un maître en la matière. Je ne sais absolument pas comment il fait, rien de violent, pas d'action, et pourtant, il parvient à captiver son lectorat, ou en tout cas, la lectrice que je suis !

 

Dans ce quatrième volet (en français) de la saga "Erlendur Sveinsson", nous retrouvons avec plaisir nos trois protagoniste: Erlendur, Elinborg et Sigurdur Oli. Tous trois ont évolué dans leurs vies personnelles (Erlendur commence à entretenir une relation avec une femme, Elinborg publie son livre de cuisine et Sigurdur Oli file toujours le parfait amour avec sa femme avec laquelle il essaye d'avoir un enfant), un point que j'apprécie car le roman ne se contente pas de nous parler de l'enquête, il nous plonge aussi dans le quotidien de nos héros.

 

Comme l'explique le résumé, un squelette est retrouvé au fond d'un lac asséché. Et rapidement, il est clair que ce squelette est vieux. L'enquête menée par Erlendur et ses acolytes va les conduire en Allemagne auprès d'étudiants islandais partis après la Seconde Guerre Mondiale. Nous avons donc deux périodes différentes: l'actuelle et la Guerre Froide. Les chapitres concernant Tomas, Emil, Lothar, Ilona, ... qui sont les étudiants, ont pour finalité de nous faire comprendre qui est le squelette retrouvé. Une enquête présente en lien avec un fait passé, Indridason en a fait sa spécialité et personnellement, j'adore ce saut dans le temps où l'on suit les aventures des étudiants socialistes qui réalisent que le monde dans lequel ils vivent (la RDA) est un monde de surveillance réciproque (pour citer l'auteur). Pour le coup, le côté historique est super intéressant. Ce qui est toujours aussi intéressant avec cet auteur c'est la façon dont il nous décrit son pays qui semble très joli. L'histoire de ce tome se déroule en été, période pendant laquelle il ne fait jamais tout à fait nuit. De courtes descriptions qui me donnent toujours autant envie de visiter l'Islande.

 

Erlendur est toujours aussi passionné par les disparitions mystérieuses (suite à celle de son frère quand ils étaient enfants) et chaque tome qui passe me laisse espérer qu'une issue voit le jour. Ce ne sera pas cette fois-ci ! Mais comme dans les précédents tomes, celui-ci ne fait pas exception et laisse aussi la place à une enquête parallèle, une disparition inexpliquée qui passionne Erlendur.

 

On ne frissonne pas avec Indridason, et alors ? J’adore son style d'écriture, la finesse de ses précisions et la façon dont il décrit ses personnages qui restent malgré tout assez flous car nous n'avons d'eux que des précisions caractérielles. Par là, j'entends aucun détails physiques ou le peu que l'on trouve ne permet pas à l’imagination de faire son travail.

 

Je ne suis pas surprise de ma satisfaction, je savais que j'allais aimer :-) Et puis, vraiment, le côté historique avec la Stasi, les espions, la surveillance, donne un contenu plus profond au roman qui n'est pas pour me déplaire.

 

Note: 18/20

 Coup de cœur !

Écrire commentaire

Commentaires: 0