Michael Crichton - Pirates

1665. La Jamaïque est un poste avancé de Sa Très Gracieuse Majesté, une petite colonie perdue au milieu des immenses possessions de l'empire espagnol. Port Royal, capitale de l'île, un véritable coupe-gorge où se bousculent les tavernes, les rhumeries, et autres bordels, n'est pas un endroit où s'établir si l'on veut vivre centenaire. Quand ce ne sont pas les maladies tropicales, un poignard où une hache plantés dans votre dos peuvent interrompre votre vie à tout moment.

Du point de vue du capitaine Edward Hunter, cependant la vie sur l'île est riche de promesses. Il faut juste s'y entendre un peu en matière de piraterie. Et savoir par exemple qu'au nom du roi Charles II d'Angleterre, sur tout galion mal défendu, l'or espagnol peut être saisi. Dans ces eaux, ceux qui possèdent l'or font la loi.

A Port Royal, la nouvelle circule bientôt que El Trinidad, un navire regorgeant de trésors en provenance de la Nouvelle-Espagne, est à quai dans le port voisin de Matanceros. Cette possession espagnole réputée imprenable est gouvernée par le sanguinaire Cazalla, l'un des chefs militaires favoris du roi d'Espagne, Philippe IV. Hunter met rapidement sur pied une petite équipe qui aura la mission de s'infiltrer dans l'île ennemie pour s'emparer du galion espagnol. L'aventure sera plus périlleuse encore qu'on pouvait s'y attendre, et Hunter perdra plus d'un homme avant de devoir se rendre en personne sur les rivages de Matanceros, où la jungle et les canons de l'infanterie espagnole s'interposeront encore entre lui et El Trinidad.

Avec l'aide de ses hommes et laissant quelques cadavres dans son sillage, Hunter parvient finalement à mettre la main sur le galion et échapper à l'impitoyable Cazalla, mais ses malheurs ne font que commencer.

 

Mon avis: 

 

Je connaissais Michael Crichton de nom, essentiellement en raison de la saga Jurassic Park. Mais je ne suis jamais allée jusqu'à lire les romans, c'est un genre qui me plaît en film. Tout comme l'univers des pirates qui me plait davantage en films qu'en livres, et je pense surtout à la saga Pirates des Caraïbes :-) Quoi qu'il en soit, le thème du challenge mystère de ce mois-ci me demandait de lire un livre traitant des pirates, et après avoir éliminé les diverses sagas et les livres qui en me tentaient pas spécialement, je me suis rabattue sur le roman de Michael Crichton. 

 

Le résumé est trèèèèèès complet, je ne vais donc pas m'étendre sur celui-ci, ce serait en dévoiler beaucoup trop. L'ambiance de la piraterie est très bien restituée, je dois admettre que l'on s'y croirait vraiment. L'auteur utilise à merveille les codes du genre: le trésor, les catins, les îles mystérieuses, les méchants, le héros que l'on apprécie, les rebondissements, ... Sur cet aspect, je dirais qu'il est impossible d'être déçu puisqu'il s'agit d'un registre impossible à renouveler. Qui dit piraterie dit ces thèmes, pas de surprises, voilà pourquoi je pense que pour lire ce type de roman, il faut être adepte du genre. 

 

L'histoire met un peu de temps à se lancer, le temps nécessaire pour que l'action se mette en place, le temps de la préparation de l’expédition. Ensuite, on assiste à une suite logique et classique qui nous mènera sur les mers aux côtés de Hunter et son équipage. Je trouve dommage que le suspense ne soit pas plus présent. Son absence renforce les clichés inévitables mentionnés précédemment et terni le roman qui, déjà, peine à sortir de son registre en ôtant toute surprise possible. En effet, en s'appliquant à rester fidèle au registre littéraire, Michael Crichton lasse un peu le lecteur et ne permet pas d’adhérer totalement au roman qui, pour être honnête, ne restera pas gravé dans ma mémoire. Les personnages ne sont ni attachants ni repoussants. Disons que comme l'histoire, ils s'inscrivent dans une lignée de clichés prévisibles. 

 

Ai-je l'impression d'avoir perdu mon temps avec cette lecture ? Non et oui. Non, parce que j'ai apprécié de sortir de ma zone de confort, de découvrir un nouveau registre et d'apprendre ainsi que ce style n'est pas pour moi. Oui, car je trouve que le classicisme empêche d'être surpris. 

 

Finalement, je vais rester fidèle à Johnny Depp et Orlando Bloom :-) 

 

Note: 8/20

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Froggy80 (dimanche, 14 mai 2017 00:43)

    Dommage que tu n'aie pas aimé... Mais au moins, maintenant tu sais que ce n'est pas fait pour toi!!! Et ça c'est génial de pouvoir se découvrir au travers les romans!

  • #2

    Les Mots de Gwen (dimanche, 14 mai 2017 14:04)

    Oui, un auteur qui ne m'a pas séduite plus que ça...